En temps de crise financière, un bon banquier est obligé de jouer à la baisse les actions de sa propre banque pour renflouer ses caisses. C'est logique.