21 juin 2011

Dis, à quoi tu roules ?

- Salut, ça va depuis le temps ?
- Et ben, on fait aller. Et toi ?
- Oui, merci, t'as toujours ta belle voiture à ce que je vois ! Ca a l'air de bien marcher !
- Ecoutes, c'est une histoire un peu compliquée, mais si t'as cinq minutes, on va se boire un café et je te raconte ...
- Allez, même dix, si tu veux.
- Messieurs, bonjour !
- Salut Gaston, deux cafés, s'il te plaît, et de l'eau !
- Tout de suite, messieurs !
- Alors racontes !
- Bon, tu vois, cette voiture est en effet quasiment neuve, c'est mon garagiste habituel qui me l'a vendue il y a un an. Comme elle avait servie de modèle d'exposition pendant deux mois, il m'a fait un super prix, il m'avais même repris mon vieux clou d'avant, ma banque m'a prêté l'argent qui me manquait et voilà, tout le monde était content. Jusqu'au jour, un mois après, où j'étais en train de doubler une voiture sur une nationale et là, tout d'un coup, le moteur s'arrête. J'arrive tout juste à freiner et à me rabattre derrière la voiture que j'étais en train de doubler, sinon je me prenais le semi-remorque qui arrivait en face.
Bien. Je vais voir mon garagiste, je lui raconte, et il me dit que ce n'est pas possible, que ça ne peut absolument pas arriver, ou à la limite sur une bagnole chinoise, mais pas sur son modèle fabriqué en Europe d'après des plans américains, et patati et patata, et que j'ai dû heurter le contact avec mon genou, bref, il n'a rien voulu entendre.
- Et tu as fait quoi ?
- Bon, après le deuxième arrêt du moteur sur l'autoroute, là, j'ai vraiment crisé, je lui ai demandé de reprendre la voiture, j'avais trouvé des témoignages sur internet de gens qui avait eu le même problème, mais il n'a rien voulu entendre. Alors je l'ai menacé d'un procès, mais juste à ce moment j'ai perdu mon boulot, et je ne pouvais plus payer les traites du crédit. Alors mon garagiste, sympa, m'a proposé de me la racheter à un quart du prix pour que le puisse au moins rembourser le crédit. Je lui ai dit d'accord à condition qu'il ne la revende pas à quelqu'un d'autre sans la réparer d'abord, je ne voulais pas que quelqu'un se tue avec ma voiture, enfin mon ancienne voiture, tu vois ?
- Il m'a répondu qu'il n'y avait pas de raison. J'étais dans la merde, alors j'ai compris ce que j'ai voulu comprendre et ça s'est fini comme ça. Enfin, pas tout à fait...
- Ah, il y a une suite ?
- Oui, entre temps j'ai retrouvé un boulot de commercial, et comme il me fallait absolument une voiture, j'ai été voir mon garagiste, et comme, au fond, c'est un type sympa, et comme il ne l'avait pas encore vendue, il me loue mon ancienne voiture à la journée, à condition que je fasse le plein dans sa station à lui.
- Mais il l'a réparée au moins ? 
- C'est ce qu'il dit, mais comme avant il disait que ce n'était pas possible que ça arrive ... Bon en tout cas, je fais attention, je roule doucement, je ne double personne, je ne suis pas suicidaire, t'imagines bien, bon pour le boulot de commercial c'est pas l'idéal, mais c'est mieux que rien...
- Vraiment sympa, ton histoire, oui, vraiment. Ça se fait rare des gens qui ont le coeur sur la main comme ça. Dis, il n'a pas été banquier dans une autre vie, ton garagiste ?
- ???
- Bon, laisse tomber ! Gaston, l'addition s'il vous plaît, non, laisse, c'est pour moi.
Bon à un de ces jours et sois prudent !
- Oui, ciao, juste un truc, j'ai appris la semaine dernière que mon ancien patron, celui qui m'a lourdé, tu sais, c'est le beau-frère de mon garagiste. Tu trouves pas ça un peu bizzare quand même ?

Posté par Parkane à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Dis, à quoi tu roules ?

Nouveau commentaire