17 avril 2011

Le meilleur n'est jamais sûr, ni le contraire, et vice versa.

     Se tromper d'ami peut être désamiantant.
      Se tromper d'amour peut être désarmant.
       Se tromper d'idéologie peut être débilisant.
        Se tromper de passion peut être apaisant.
         Se tromper d'ennemi peut être mortel.
          Se tromper d'erreur peut être aberrant.
           Se tromper d'expression peut être opilant.
            Se tromper de méthode peut être paralysant.
             Se tromper de complice peut être incarcérant.
     Se tromper d'élection peut être perdant.
      Se tromper de défense peut être offensant.
       Se tromper de métier peut être en attendant.
        Se tromper de saison peut être refroidissant.
         Se tromper de pays peut être dépaysant.
          Se tromper de calcul peut être jackpotant.
           Se tromper de chien peut être mordant.
            Se tromper de jalousie peut être réconfortant.
             Se tromper de guerre peut être profitant.
     Se tromper de carburant peut être purgeant.
      Se tromper de grimace peut être insultant.
       Se tromper d'escalier peut être ascendant.
        Se tromper de cigarette peut être hilarant.
         Se tromper de trompette peut être assourdissant.
          Se tromper de pommade peut être urticant.
           Se tromper d'avenir peut être défuturant.
            Se tromper de lit peut être esseulant.
             Se tromper de chanson peut être sciant.
     Se tromper de numéro peut être conversant.
      Se tromper de verre peut être saoulant.
       Se tromper de caisse peut être trébuchant.
        Se tromper de banque peut être ruinant.
         Se tromper de moquette peut être acariant.
          Se tromper de cordonnier peut être malchaussant.
           Se tromper de quenelle peut être oulipant.
            Se tromper de direction peut être quiétant.
             Se tromper d'anniversaire peut être âgeant.
     Se tromper de chaussures peut être ampoulant.
      Se tromper d'avion peut être troudairant.
       Se tromper de félin peut être chaterrant.
        Se tromper d'heure peut être heurtant.
         Se tromper de perruque peut être décoiffant.
          Se tromper de bureau peut être procrastinant.
           Se tromper d'étirement peut être pendiculant.
            Se tromper de carotte peut être anti-nyctalopant.
             Se tromper de vide peut être danaïdisant.
     Se tromper de psychanalyste peut être dissociant.
      Se tromper d'explosif peut être déstructurant.
       Se tromper de pâtisserie peut être conpâtissant.
        Se tromper de guidon peut être chromatisant.
         Se tromper d'itinéraire peut être itinérant.
          Se tromper de lessive peut être phosphorescent.
           Se tromper d'adresse peut être absent.
            Se tromper de tombe peut être promiscuitant.
             Se tromper de fin peut être moyennant.
     Se tromper de femme peut être dédommageant.
      Se tromper d'homme peut être affamant.
       Se tromper de note peut être résonnant.
        Se tromper de marais peut être salant.
         Se tromper de moyenne peut être écartypant.
          Se tromper de croix peut être autoportant.
           Se tromper de certitude peut être nonvoyant.
            Se tromper de prévision peut être ombrageant.
             Se tromper de moyen peut être fin.

Posté par Parkane à 17:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Le meilleur n'est jamais sûr, ni le contraire, et vice versa.

    Trompe-rie

    Finalement le "peut être" annihile la détermination de l erreur et donc prive le message de sens.
    Eléphant man.

    Posté par ouanda, 18 avril 2011 à 14:22 | | Répondre
  • @ouanda

    Il peut y avoir plusieurs issues à une même erreur, heureusement d'ailleurs, sinon il serait trop facile de ne point se tromper.

    PS : Se tromper d'élephant peut être cornaquant.

    Posté par Parkane, 18 avril 2011 à 15:10 | | Répondre
  • Pince moi pour voir.

    Trouver des issues à l erreur c'est commencer a aller mieux ou échapper en crabe ?

    Posté par ouanda, 19 avril 2011 à 10:41 | | Répondre
  • Pas de vices sans fin pour enfoncer le clou.
    Quel ouvrage cher Maître!

    Posté par Quotiriens, 23 avril 2011 à 00:20 | | Répondre
  • @quotiriens

    La vie éternelle est-elle à ce price ?

    Posté par Parkane, 23 avril 2011 à 14:55 | | Répondre
Nouveau commentaire