08 avril 2011

Le réchauffement de la grenouille

ecorcheQuand ils ont interdit la burqa, je n'ai rien dit, je ne suis pas marchand de tissus.
Quand ils ont interdit la djellaba, je n'ai rien dit, je ne suis pas africain.
Quand ils ont interdit le bandana, je n'ai rien dit, je ne suis pas rappeur.
Quand ils ont interdit la kippa, je n'ai rien dit, je ne suis pas juif.
Quand ils ont interdit le foulard, je n'ai rien dit, je ne suis pas intégriste.
Quand ils ont interdit le passe-montagne, je n'ai rien dit, je ne suis ni alpiniste ni corse.
Quand ils ont interdit le béret, je n'ai rien dit, je ne suis ni basque ni para.
Quand ils ont interdit la cravatte, je n'ai rien dit, je ne suis pas cadre sup.
Quand ils ont interdit le kilt, je n'ai rien dit, je ne suis pas écossais.
Quand ils ont interdit le pantalon pour les femmes, je n'ai rien dit, je ne suis pas féministe.
Quand ils ont interdit la perruque, je n'ai rien dit, je ne suis pas chauve.
Quand ils ont interdit le casque intégral, je n'ai rien dit, je ne suis pas motard.
Quand ils ont interdit le T-shirt, je n'ai rien dit, je ne suis pas jeune.
Quand ils ont interdit le jean, je n'ai rien dit, je ne suis pas américain.
Quand ils ont interdit le poncho, je n'ai rien dit, je ne suis pas méxicain.
Quand ils ont interdit la soutane, je n'ai rien dit, je ne suis ni catholique ni orthodoxe.
Quand ils ont interdit le complet veston, je n'ai rien dit, je ne suis pas VRP.
Quand ils ont interdit le porte-jarretelles, je n'ai rien dit, je ne suis pas obsédé sexuel. 
Quand ils ont interdit la jupe, je n'ai rien dit, je ne suis pas esthète.
Quand ils ont interdit le pantalon pour les hommes, je n'ai rien dit, je ne suis pas pudique.
Quand ils ont interdit le slip, je n'ai rien dit, je ne suis pas complexé.
Quand ils ont interdit les chaussures, je n'ai rien dit, je n'ai pas les pieds sensibles.
Quand ils ont interdit tous les couvre-chefs, je n'ai rien dit, je ne suis pas chef.
Quand ils ont interdit tous les vêtements, je n'ai rien dit, je ne suis pas frileux.
Quand ils ont interdit la peau, il était trop tard pour que je sauve la mienne.

Posté par Parkane à 14:36 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Le réchauffement de la grenouille

    comme quoi!

    Comme quoi, il faut interdire d'interdir!

    Posté par bizak, 09 avril 2011 à 17:06 | | Répondre
  • @bizak
    En effet, vaut mieux soixante-huitard que jamais !

    Posté par parkane, 09 avril 2011 à 18:41 | | Répondre
  • des troncs d' ...

    Avec ce réchauffement de la grenouille qui se laisse pousser des ailes, il vaudrait mieux lui faire fumer des troncs d'arbres pour faire un bon feu d'artifice,et la faire disparaître ainsi que tous les interdits de..de..

    Posté par bizak, 09 avril 2011 à 19:28 | | Répondre
  • vertigineux cet esprit d'escalier et la chute fracturante...

    Posté par laurence, 10 avril 2011 à 08:43 | | Répondre
  • Don Quicho....

    Ce réchauffement de la grenouille, n'a-t-il pas poussé le Penseur de Rodin figé en statue à se décider, comme Don Quichotte de la Manche, à prendre son épée et son bouclier pour se battre contre les moulins à vent et pouvoir, peut être ainsi, sauver sa peau?

    Posté par bizak, 10 avril 2011 à 11:29 | | Répondre
  • Tout ça c'est des cancans

    Oui sauver la peau est oeuvre de taxidermiste , votre inaction vous à bien préparée à être empaillée en effet, le reste n'est que lamentations."crois en toi même " voila une maxime batracienne trés profonde de l'Etan-g car soudain le con-tenu habite tout le con-tenant.

    Posté par ouanda, 11 avril 2011 à 13:29 | | Répondre
  • @laurence

    La chute, et ce rire dans le dos comme un frisson ...

    Posté par parkane, 12 avril 2011 à 10:49 | | Répondre
  • je suis sensible à cet humour désespéré...

    Posté par laurence, 14 avril 2011 à 17:39 | | Répondre
  • @laurence

    Si l'humour est bien la politesse du désespoir, le sérieux est la grossierté de l'espérance n'est-il pas ?

    Posté par parkane, 15 avril 2011 à 10:56 | | Répondre
  • @bizak

    Sauver sa peau ou sauver sa dignité, c'est-à-dire l'idée que l'on se fait du sens de cette même peau (et du sens dans lequel il faut la caresser), le choix n'est pas facile en vérité.

    Posté par parkane, 15 avril 2011 à 10:59 | | Répondre
  • Sa peau

    On peut, ne pas sauver sa peau, mais sa dignité, si!
    "Ce n'est rien d'être vaincu, le tout c'est de ne pas se rendre!" a dit un jour, le poète turc, Nazim Hikmet(emprisonné dans les geôles turques).

    Posté par bizak, 15 avril 2011 à 13:44 | | Répondre
Nouveau commentaire