17 mars 2011

L'important, c'est d'avoir un alibye

plage

- Mon cher Hosni ! Comment allez-vous ?
- Ah, mon cher Ben Ali ! Eh bien, on fait aller, vous savez bien, ce n'est pas facile, surtout pour nos femmes, n'est-ce pas ?
- Vous avez bien raison, Hosni ! Mais, dites-moi, entre nous, après mûre réflexion et en observant une certaine actualité, ne trouvez-vous pas que nous sommes partis un peu trop vite ? Vous savez, moi, j'ai vraiment cru que les américains, ces fils de p..., allaient mettent leurs menaces à exécution, si je peux me permettre d'employer ce mot déplaisant, et franchement, je n'avais aucun envie de finir comme Ceausescu en Roumanie.
- Après mûre réflexion et en voyant ce qui se passe chez un certain voisin commun, je suis même certain aujourd'hui que nous nous sommes fait avoir comme des bleus. Lui, notre "voisin", n'est pas sensible à ce type d'argument, vu qu'il est fou à lier. Aucune menace ne peut venir a bout de cette folie, si elle n'est pas suivi de faits, et notre ami qui nous voulait du bien, cet enf... d'Obama, commence à comprendre sa douleur.
- Votre analyse est tout à fait pertinente, mon cher Hosni ! Au fond, nous n'avons pas été assez fous ...
- Eh bien, mon cher Ben Ali, ça vous dirait de partager le prix Nobel de la Paix, j'ai gardé quelques bonnes relations à Stockholm.

Posté par Parkane à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur L'important, c'est d'avoir un alibye

Nouveau commentaire