26 avril 2009

Salauds de djeunz

sabotage

Vu cette image ce matin dans liberation.fr (Le visage a été flouté par nos soins) :

Regardez bien ! Ce jeune "apprenti", qu'est-il en train de faire ? Absolument !
Il est en train, consciencieusement, de dévisser un boulon qui semble lui résister non sans mal.
Eh bien, Môssieur le président, je vous le dis ! Avec des apprentis comme ça, on a pas besoin d'une crise pour faire "dévisser" l'avenir de la nation.

Posté par Parkane à 11:20 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Salauds de djeunz

    Jeunéthique.

    S’ que c’est la pose toute fraîche d’ouverture murale qui vous fait deviser non sans facilité sur la résistance du boulon et son sens de révolution ?; portant, ou plutôt justement, la lecture matinale de Libération est symétriquement la plus lointaine du grand soir.
    Méditer plutôt ceci de Gibran : « …nous ne pouvons, pas même en rêve, visiter le palais de nos enfants… » ; l’inquiétude est un mot de vieux inculpé à nos jeunes , mort aux vaches !.

    Posté par ouanda, 27 avril 2009 à 08:28 | | Répondre
  • Sabotage

    Cette photo pourra reservir pour un article sur l'ultra gauche chez Peugeot.

    Posté par nicocerise, 27 avril 2009 à 09:53 | | Répondre
  • Il y a une autre lecture potentielle de cette image, celle d'un parallèle avec la propagande Pétainiste pour le STO en Allemagne : Le cadrage serré permet de décontextualiser l'action. La couleur de la combinaison ressemble étrangement à celle des prisonniers de Guantanamo. ce "jeune" ne dévisse pas, mais au contraire visse.
    Sont réunis métaphores et symboles d'un "vissage", la reprise en main avec fermeté d'une jeunesse qui dans les valeurs du travail manuel, par le port de l'uniforme qui dissuade de toute velléité d'individualité et par le sens de l'effort physique va trouver le chemin d'une saine éducation. Cela ne s'opère pas sans résistance (découragement et amertume), sans la perte des illusions d'un modèle de vie "doré" (le déclassement).

    Posté par jac-zap, 28 avril 2009 à 09:17 | | Répondre
  • @jac-zap

    Excellent commentaire !
    En effet, le sabotage n'est pas forcément là où certains nous le font mirager.

    Posté par Parkane, 28 avril 2009 à 11:14 | | Répondre
  • Métaphore là où ça symbole.

    En effet le potentiomaître mesure l'aptitude d'un corps à s'opposer au passage d'un courant.
    Cependant le re-contextualisation, fusse par les métaphores et les symboles, dans la propagande pétainiste (P?) ou les prisonniers de guantanamo, appauvrit d'un syllogisme contestable, la deuxiéme partie, plus pertinente qui débute à "vissage" et "reprise en mains" pour se terminer, en revanche, d'une façon timorée en assimilant résistance au découragement et à l'amertume et en positionnant, à contrario, le sur-classement comme un modéle de vie dorée plus ou moins enviable.

    Posté par ouanda, 28 avril 2009 à 14:18 | | Répondre
  • Vision "optimiste"

    Et si il était simplement en cours de démontage d'une voiture "empruntée"...dans ce cas il s'adonnerait simplement à sa passion de l'argent facile, je pourrais en conclure qu'il est heureux ainsi...l'argent semble se gagner plus facilement ainsi simplement en dépouillant le bien d'autrui.
    Avec le même "uniforme" chez peugeot il gagnerait 1000€ et là dans son propre "garage aménagé" on peut imaginer 5 fois plus...
    L'habit ne fait pas le moine !
    bien à vous

    Posté par Méconnaissance, 30 avril 2009 à 02:12 | | Répondre
Nouveau commentaire