23 janvier 2009

Jamais deux fois

heracl3"On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve." Héraclite a raison si l'on considère que le mouvement ne se trouve que du côté du fleuve. Mais comme du point de vue de la rive le fleuve descend vers la mer, du point de vue de la rivière la terre remonte vers la source.
Nous pouvons donc supposer dans un premier temps que notre ami antique avait horreur de l'eau et n'a donc jamais expérimenté sa maxime de vif corps, et nous pouvons dans un deuxième temps stipuler que l'on ne marche jamais deux fois sur la même rive.

Posté par Parkane à 11:37 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Jamais deux fois

  • Mais on met souvent les pieds dans le plat, alors qu'on ne devrait pas -
    Bon week-end Parkane A+

    Posté par valériane, 23 janvier 2009 à 13:08 | | Répondre
  • Il ne se mouillait en effet pas, car il disait en réalité "On se baigne et on ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve"..quoique...

    Posté par anonyme, 23 janvier 2009 à 13:32 | | Répondre
  • Se baigner deux fois dans le même fleuve c'est possible. On entre dans l'eau, on enlève son maillot qu'on laisse flotter, c'est le repère. On sort de l'eau et l'on part en courant beaucoup plus bas....
    Cordialement.

    Posté par Leauto, 23 janvier 2009 à 21:42 | | Répondre
  • @Leauto

    Ca, c'est de la philosophie appliquée ! Et moi qui croyais que Héraclite n'aimait pas l'eau. En fait il se baignait à poil, c'est pour ça qu'il n'a pas pu trouver le coup du maillot.
    Merci Leauto et vive l'invention de la pudeur !

    Posté par Parkane, 24 janvier 2009 à 00:38 | | Répondre
  • Qui même me suivent

    En proclamant "les mêmes causes ne déclencheront pas les mêmes effets", il paraitrait donc que Nicolas Sarkozy est lu Héraclite, mais là ce n'est pas de la philosophie applicable.

    Posté par nicocerise, 24 janvier 2009 à 23:21 | | Répondre
  • dialogue présocratique

    -"Et en conséquence, vous êtes redevable à l'État de la somme de 60.000 € que le fisc va ponctionner directement sur votre compte."
    -"Impossible. Non, non et non ! Car vous devrez d'abord ponctionner la moitié, puis la moitié de l'autre moitié, puis la moitié de la moitié de l'autre moitié et vous n'arriverez jamais à 60 000 !"
    -"Bon, c'est oui ou c'est non ?"
    -"Zénon !"
    -"Menfin pourquoi ? laissez-moi vous ponctionner, non de Dieu !! ou je vous colle une beigne !!!"
    -"Attendez, je rabat ma visière!"
    -"Mais arrêter de m'agacer, mon petit bonhomme, je suis un agent de l'état fédéral. Et ce sont deux beigne que je vais vous coller !!!"
    -"Ah, ça , ça m'étonnerait !!!"
    -"Et pourquoi donc ???"
    -"On ne beigne jamais deux fois dans la même visière".
    -"Mon Dieu ! quelle argumentation hétéraclite !"

    Posté par OD, 15 septembre 2009 à 15:07 | | Répondre
  • @OD

    Excellent, et tout à fait juste. Quand on frappe un grand coup, autant en frapper un deuxième !

    Posté par parkane, 15 septembre 2009 à 16:42 | | Répondre
  • Baignés ou pas on est pris pour des pommes

    « …Un miroir florentin…Zénon s’y regarda. Il y aperçu vingt figures …Cet homme en fuite, enfermé dans un monde bien à soi, séparé de ses semblables qui fuyaient aussi dans des mondes parallèles, lui rappela l’hypothèse du Grec Démocrite, une série de philosophes prisonniers… » .
    La rive est un univers et les flots en sont un autre il n’est pas dit qu’ils ne puissent pas être en synchronicité si on transforme l’événement en destin biblique ou en périodicité si on est dans le non événement bouddhique, cette événement fut il une baignade.

    Posté par ouanda, 16 septembre 2009 à 11:48 | | Répondre
Nouveau commentaire